C’est quoi ton essentiel de future maman ?

Diamond Head – Hawaï – 5 juillet 2015

« Je marche derrière mon mari qui porte notre fils, je sens mon cœur qui bat plus vite, mon souffle qui est plus court. Il fait 40° ici! On ne peut pas respirer! Je ne vais pas y arriver! J’ai au moins 10 personnes derrière moi prêtes à me dépasser… le chemin est trop étroit et je ne peux ni m’arrêter ni accélérer… Je fais quoi ? »

Il y a une semaine de ça, nous étions à Hawaï pour fêter notre anniversaire de mariage <3 c’était magnifique, on s’en doute! 😉 Un jour, mon mari me propose d’aller admirer la vue du sommet du cratère « Diamond head ». En montant le sentier et les escaliers étroits qui mènent tout en haut, j’ai eu une pensée. Je voudrais vous la partager.

Je voyais tous ces gens fatigués, parfois morts de chaud, tous transpirants et entassés les uns sur les autres au sommet de ce cratère pour vite vite prendre quelques photos. Je me voyais moi, avec une condition physique dans les chaussettes, toute aussi transpirante, ayant du mal à suivre le rythme imposé par la foule. Je me suis arrêtée. Mon mari a continué son chemin et je me suis simplement assise là. J’ai pris le temps de reprendre mon souffle. C’était si bon, ce vent sur mes joues, un délice. Cette pause était salvatrice.

Puis, j’ai aperçu un autre petit sentier

Je me suis aventurée, pas à pas, et je me suis rendue compte qu’il contournait cette petite montage pour arriver juste en contrebas du point culminant où le monde s’accumulait. Je me suis retrouvée là, complètement seule, alors qu’à à peine 50 mètres de moi ils étaient des dizaines. Pourtant, nous contemplions bien cette même vue imprenable. J’ai alors savouré le plaisir de l’instant présent.

Mon mari est redescendu et nous avons pris le chemin du retour. Je lui ai alors partagé les réflexions qui me venaient et les parallèles que je voyais entre ce que je venais de vivre et une femme qui devient mère. Il y a quelques temps, je me serais sans doute forcée de continuer l’ascension: pour aller au sommet, pour pouvoir dire que je l’ai fait, moi aussi! Parce que tout le monde monte !?

C’était difficile de marcher à un rythme imposé par le mouvement de foule dans un tunnel étroit. De nature assez angoissée, je me sentais prise au piège, je n’avais pas de plaisir à marcher dans ces hauteurs. Je me suis malheureusement souvent perdue à monter ainsi, monter et encore monter. Mais pourquoi finalement ? Et si cette fois-ci je ne le faisais pas… et si là je m’arrêtais. J’ai peut-être trop souvent oublié ces évidences…

Pour moi, l’essentiel était la vue, pas la montée

Pour moi, l’essentiel était de vivre un chouette moment en contemplant un paysage que je ne reverrai sans doute pas de si tôt. Le fait de m’arrêter, de prendre le temps de m’écouter m’a permis de découvrir un autre sentier qui correspondait davantage à mon besoin et j’ai pu vivre ce qui m’importait en fin de compte: pleinement admirer cette vue!

Lorsque l’on est enceinte ou en train d’accoucher, c’est tout pareil ! Parfois c’est vraiment dur, parfois c’est fatiguant, parfois ça fait si peur ou si mal, parfois c’est trop d’inconnu… Parfois on fait comme tout le monde mais on ne sait pas bien pourquoi.

On grimpe là où la foule va ! Paraitre heureuse alors que dans le fond on a peur ou on doute, prendre la péridurale alors qu’on voulait faire du tout nature (ou l’inverse, du tout nature alors qu’on est dans la souffrance), travailler jusqu’au bout alors que tout notre corps nous crie d’arrêter, prendre ce/cette gynécologue ou sage-femme parce que tout le monde dit qu’il/elle est bien alors qu’on ne sent pas d’échos dans la relation, … des exemples, il y en a surement des tas ! Des analogies aussi.

Analogie avec l’accouchement

La meilleure analogie a faire serait celle relative aux règles imposées, aux voix toutes tracées qui nous uniformisent et qui ne conviennent vraiment qu’à bien peu d’entre-nous. On pourrait parler de scolarité, de religion, de politique ou d’éducation mais si l’on se concentre sur la grossesse et l’accouchement bien des cas (de mon vécu aussi) illustrent ce que je veux partager ici. Voici un dernier exemple tiré de ma pratique: une femme à dilatation complète… la poussée est imminente… mais elle est naturelle, c’est un réflexe qu’il est inutile de vouloir commander… lorsque la tête du bébé arrive sur le périnée, c’est tout le corps qui se met a pousser le bébé vers l’extérieur… pourtant le personnel médical en charge veut, impose à la maman de pousser… elle ne le sent pas, elle est mal, perdue, apeurée, cherche son mari des yeux, le moment lui échappe !

Le bébé nait, il est en bonne santé. Tout le monde est content… la mère a ce gout amer au fond d’elle même qu’elle s’efforce d’ignorer car tout est optimal, la vue est imprenable! Moi, j’ai la conviction que l’optimal n’y est pas… j’aspire à bien plus, bien mieux… je veux de la douceur, de la physiologie, du focus sur ce qui se passe dans la pénombre de cette salle de naissance… laissons l’instinct prendre les commandes quand rien ne nécessite l’intervention… cessons de nous entasser dans des voix, des fonctionnement tout-faits, surfaits, qui ne conviennent qu’à une minorité de cas. Maman ne veut pas les étriers, elle se sent mieux à quatre-pattes ou sur le coté, pourquoi l’y obliger. Laissons la chercher sa position, son chemin… aidons la dans cette quête, aidons la à suivre ses instincts, à en avoir confiance. Accompagnons la sur ce chemin, son chemin, petit sentier dérobé aux yeux de tous et dont elle seule trouvera l’entrée.

Je suis persuadée qu’il existe toujours un autre chemin

Et il nous permet aussi d’aller admirer la vue, tout en restant dans la sécurité, et de vivre son essentiel ! Il faut « juste » prendre un temps (il peut être très court ou assez long) pour savoir quel est cet essentiel et définir le chemin que l’on souhaite emprunter. Et je me demande si je m’adresse plus à vous qu’à moi-même 😉 C’est important de s’offrir une pause pour poser les choses, définir son idéal, formuler les étapes et repérer les blocages éventuels. 

Si vous souhaitez prendre le temps de découvrir VOTRE sentier dans la montagne, n’hésitez pas à prendre rdv pour une séance clarification. Ensemble, nous prendrons ce temps et nous ferons un premier pas.