Le merveilleux accouchement d’Elias

La vie nous malmène parfois pour nous mener sur le bon chemin.

Il m’est difficile de parler de mon second accouchement merveilleux sans parler de ce qui m’a amené à me faire accompagner, comprendre ce que cela représentait réellement.

Pour mon premier fils, je rêvais d’un accouchement, physiologique, naturel… J’étais très confiante en mon corps et je me renseignais auprès de ma Mère, mes Amies déjà Maman, une amie Sage Femme… Les choses ont été chamboulées lorsque ma gynécologue me déconseilla d’accoucher à Braine-l’Alleud… J’ai pris la décision peut-être trop tard dans ma grossesse, de me faire suivre par le Dr Legrève à Braine-l’Alleud. J’ai suivi assidûment les séances de préparation à la naissance proposées à l’hôpital et j’ai suivi mes séances de kiné prénatale. Tout devait se dérouler sans accrocs. Finalement cet accouchement s’est déroulé à l’inverse de ce que je souhaitais. Je l’ai très mal vécu pendant et après. Le démarrage de l’allaitement a été très compliqué mais j’ai tenu bon. Mon post-partum – sur fond de deuil – se passait très mal. Je me suis alors demandée pourquoi ça avait foiré et comment je pouvais soutenir mes amies tombées enceintes peu de temps après moi. Qu’est ce que je pouvais apporter aux autres femmes, plus spécifiquement autour de l’allaitement et du post-partum. J’ai commencé à me renseigner et grâce à mon amie sage femme j’ai été mise sur la voie pour devenir Doula. Et me voilà en route pour faire la formation « Être Doula en Belgique ».

Je ne pensais pas tomber enceinte une seconde fois et voilà que un peu plus d’un an après la naissance d’Owen et l’allaitant encore, le petit + s’affiche sur le test de grossesse.

J’ai continué ma formation et au fur et à mesure des week-end de formation je ressentais de plus en plus le besoin de me faire réellement accompagner pour mon deuxième accouchement en prénatal, à l’accouchement et post partum, je ne voulais pas revivre la même chose. Je me suis emparée du petit fascicule que m’avait donné le Dr Legrève et j’ai contacté Maïté Mandy. Elle me parle du cycle de préparation à la naissance Éclore et moi, projet qu’elle porte avec Stéphanie Wampach. Je suis emballée et même si je m’y prends à nouveau tard dans la grossesse, j’ai à ma disposition des vidéos-outils hyper complètes pour me préparer à la naissance de mon second fils, des rencontres enrichissantes, rassurantes, bienveillantes avec Stéphanie, mais aussi d’autres futures Mamans qui suivent cette préparation à la naissance. Il se trouve également que je ne suis pas certaine que le Papa assistera à la naissance et donc je demande à Stéphanie de m’accompagner le jour J.

Ma DPA approchant, je me sens un peu stressée à l’idée de dépasser la date et devoir être à nouveau déclenchée… Je ne peux pas l’envisager… Les échanges What’s app avec Stéphanie s’intensifient, elle est là avec toute son aura bienveillante, je peux lui expliquer tout ce que je ressens. Je bois des tisanes de feuilles de framboisiers, je mange des dattes, je prends une goutte d’huile essentielle de sauge sclarée… Je fais de promenades, je prépare de nid…

10 janvier 2020 DPA -monitoring- aucun signe de début de travail…

Dans la nuit du 11 au 12 janvier je ressens des contractions, par moment intenses mais rien d’alarmant, j’arrive à dormir. Le lendemain matin, je perds un peu de liquide rosâtre… Ce même liquide qui pour mon premier accouchement m’a amené à la maternité. La nuit du 12 au 13, même chose que la nuit précédente. J’ai monitoring dans la journée, on parle d’une date pour déclencher… Je suis très triste, j’appréhende le même scénario que pour mon premier accouchement. En soirée,  je commence à ressentir de plus en plus de contractions, durant la nuit je vais prendre un bain pour me détendre, je peux retourner dormir. Le 14 au matin, les contractions sont plus intenses mais pas régulières. Je prépare le lunch pour mon aîné, je sens que la journée va être belle, je suis sereine et excitée, je sais que Stéphanie est avec moi, elle vient me rendre visite au matin pour voir où j’en suis, si le travail a commencé, mon col est encore postérieur, on a encore du temps. Je continue à préparer mon nid, je veux être certaine qu’Owen ne manquera de rien durant mon séjour à la maternité. Les contractions s’intensifient, deviennent plus régulières, vers midi j’appelle Stéphanie qui me retrouve à la maison. Hourra, mon col est dilaté, environ 6cm… On se dirige vers la maternité, je suis super heureuse, je me sens bien, un mélange délicieux d’excitation, de sérénité et de reconnaissance parce que je vais là où je voulais aller. Je me suis donné les moyens de rencontrer la magnifique personne qui m’accompagne et m’apaise pour accueillir mon fils comme je l’avais imaginé. Arrivée à la maternité, tout est prêt pour m’accueillir, le Dr Legrève est également présent. On m’installe dans la salle d’accouchement jaune. La sage femme interne est super et nous prend en charge. Stéphanie est aux petits soins, petits massages dans le bas du dos, exercices sur le ballon… je me sens présente dans mon corps, je me sens prête et épanouie. Grâce à la préparation avec Stéphanie, j’ai appris à accueillir les contractions, à sentir et accompagner mon corps, à visualiser tout le processus de naissance.

C’est douloureux mais je ne souffre pas. Stéphanie me propose de prendre un bain. Je m’y sens bien, je ferme les yeux durant les contractions, je visualise, je respire en écoutant la voix de Stéphanie qui me guide vers la rencontre avec mon bébé. L’assistante gynécologue se présente et me demande pour pouvoir assister à la naissance, j’accepte. Les contractions s’intensifient, se rapprochent, je ressens dans mon corps tout le processus de descente du bébé, je ressens les décharges hormonales, j’ai conscience de tout ce qui se passe… Entre les contractions, nous discutons, nous blaguons, je savoure ces moments de répit sans appréhender la prochaine contraction, lorsque je les sens arriver je préviens et je retourne dans ma bulle, dans mon corps, mes respirations, j’écoute la voix qui me guide et m’accompagne sur fond de musique du Grand Bleu (très inspirante et idéale pour accoucher). 

Viens cette période de répit ou de repos, mon corps se recharge et se prépare pour l’expulsion, je sens que les douleurs descendent plus dans mon bassin avec l’envie de pousser, mon col n’est pas totalement ouvert, Stéphanie me guide et je visualise un dernier pétale à ouvrir… J’entre dans la phase d’expulsion, les contractions sont extrêmement intenses, je n’ai que très peu de répit et de drôles de sensations parcours tout mon corps sous l’impulsion des hormones. Je sens les contractions arrivées et j’accompagne mon corps, je lui fais confiance, je fais confiance à mon bébé et aux personnes qui m’entourent autour de la baignoire, Chris à ma droite, Stéphanie à ma gauche, Dr Legrève, la sage femme et l’assistante gynécologue. J’essaye de relâcher mon corps pour concentrer mon énergie dans les contractions. C’est puissant, je sens tout mon corps s’ouvrir, c’est de l’ordre du surnaturel. Les poussées sont intenses, la poche des eaux se rompt, je pense que bébé est là mais non, il faut encore quelques poussées, je sais que ça va être très douloureux, je laisse sortir ma voix pour accompagner ces dernières contractions, je sens la tête de mon bébé, je suis si heureuse et je l’invite dans un hurlement à venir nous rejoindre. Après 20 minutes de poussée, le voilà mon petit ange expulsé tel une torpille dans l’eau, vers 16h. Il a le cordon autour du cou on le sort rapidement de l’eau et on le dépose sur ma poitrine. On m’aide à sortir du bain, je m’installe avec mon bébé pour la délivrance tout se passe à merveille, je peux remercier et dire aurevoir à mon placenta. Papa coupe le cordon. Quelle dose d’amour incroyable. On recoud de 2 petits points d’une légère déchirure. Stéphanie reste à mes cotés jusqu’à ce qu’on me raccompagne à ma chambre. Je suis reconnaissante à toutes ces personnes, bienveillantes, à l’écoute et dévouées qui m’ont permis d’aller à la rencontre de mon bébé de la plus belle des manières, en conscience, en confiance et entourée d’amour. Notre première nuit a été magique, calme et pleine d’amour, je ne me sentais pas fatiguée, j’étais épanouie, en phase avec mon corps et mon esprit. 

Je suis rapidement rentrée à la maison. L’allaitement s’est très vite mis en place. Je n’ai pas eu de baby blues. Stéphanie a assuré le suivi médical et non médical. J’ai bénéficié d’un accompagnement parfait et qui était juste pour moi. J’ai eu cette chance de rencontrer les personnes qui m’ont donné les clés pour me reconnecter à ma petite voix.

Merci à Stéphanie Wampach et Maité Mandy pour leur accompagnement Éclore en Mère. Merci au Docteur Jean-François Legrève pour cet accompagnement médical humain et bienveillant.