Bienvene Joosep
Mon petit Joosep,
 
Tu as vu le jour entouré par la force et l’amour de ta maman. J’aime croire que tu auras toujours accès à ce réservoir de ressources dans lequel tu as baigné. Et ça déjà durant la grossesse : Assidue, tout les mercredis, ta maman prenait son courage à deux mains pour venir se poser sur son tapis de yoga chez Eclore. Et puis il y avait ces foutues allergies qu’elle a bravées sans l’aide de son traitement habituel… Et oui sa priorité était de te protéger, toujours…. ! Et plus elle te protégeais au centre d’elle-même et plus un espace puissant grandissait… C’est bien mignon cette histoire d’espace… Mais non d’une pipe c’est chamboulant ! C’est digne d’une tempête qui remue et balaie tout sur son passage ! Alors ta maman a versé des larmes et des larmes, mouchoirs après mouchoirs… De ces larmes qui n’ont pas besoin d’être reliées à un sens ; mais qui ont certainement besoin d’être accueillies dans la douceur et la bienveillance.
On peut dire que l’espace que ta maman a ouvert tu l’as apprécié mon petit Joosep. Le jour de ta naissance tu t’es logé confortablement le plus haut possible. On ne pouvait pas t ‘atteindre. Ta maman belle et courageuse a marché… Elle s’est mobilisée… S’est balancée… A chanté… S ‘est baignée… Et comme ses contractions étaient puissantes et efficaces, la poche super bombante à dilaté le col qui était d’accord de s’ouvrir et de te laisser passer. Mais toi, mon petit Joosep, tu es resté perché là- haut. Ta tête n’appliquait pas sur le col et nous devions faire attention à ne pas déchirer cette poche si bombante en examinant. Au petit matin nous avons suggéré à ta maman d’aller à l’hôpital pour rompre la poche des eaux dans la sécurité médicale. Il n’y avait pas d’urgence. Tu allais bien, le travail continuait d’évoluer. C’est donc une décision que nous avons prise de commun accord avec ta maman. Elle commençait à s’épuiser et surtout une question l’a poursuivait : « mais pourquoi il ne descend pas » ??? Toujours avec force et courage, ta maman a dû se confronter à la dure réalité du : « je ne sais pas » ! A-t- il une carrure de footballeur mon petit Joosep ? A-t-il une position peu favorable? La naissance nous projetait dans son plus grand enseignement : fais de ton mieux avec les cartes du moment mais le reste appartient à l’univers !
Comme prévu, nous avons rompu. Quelle marée ! Une quantité de liquide impressionnante s’est évacuée. Mais Joosep tu étais toujours à bout de doigts et tu ne bougeais pas d’un yota. A dilatation complète ta maman a pu pousser sur chaque contraction. Quelle énergie… on n ‘en revenait pas. Malgré la fatigue d’une nuit complète de travail intense, elle trouvait encore la force d’accompagner du mieux qu’elle pouvait ta naissance. Elle a tout donné !!! Nous l’avons vu basculer dans l’épuisement et la souffrance. Alors nous avons demandé l’expertise du gynécologue qui a tranché clairement. La césarienne s’est préparée. En quelques minutes il a fallu lâcher notre projet, nos fantasmes, nos désirs… Mais certainement se relier au soulagement et surtout à l’immense bonheur de te rencontrer, enfin, Le plus beau le plus attendu.
Alors mon cher Joosep tu seras peut-être bien footballeur un jour mais saches que tu n’en avais pas d’emblée la carrure. Certes tu étais en position postérieure mais certainement pas gros. Alors pourquoi étais-tu bloqué là-haut ? Nous laisserons la réponse à cette question dans l’univers et nous t’accueillons les bras et le cœur ouvert.
 
Delia et Maïté, sages-femmes écloreuses